Une meilleure économie mondiale liée au traitement de l’anxiété et de la dépression

La santé mentale est essentielle au bien-être général de l’être humain. Elle nous permet de réaliser notre potentiel, à résoudre les tensions quotidiennes de la vie et de participer et collaborer à l’avancement de notre communauté. Les troubles de santé mental cependant, sont davantage présents chez de plus en plus de gens. Les statistiques démontrent qu’environ 1 adulte sur 4 connaîtra au cours de sa vie, des troubles anxieux voir même la dépression. Toute personne éprouvera de l’anxiété un jour ou l’autre. Le degré de celle-ci peut atteindre un tel niveau qu’il peut perturber notre capacité de nous occuper ne serait-ce que des problèmes habituels et banals. L’anxiété « normale » si on peut l’appeler ainsi n’est pas nécessairement nuisible et peut être même bénéfique par exemple en nous aidant à étudier plus intensément pour un examen ou faire face à une situation inattendue. Cependant, lorsqu’elle devient sévère, soudaine et sans avertissement, la crise d’anxiété peut engendrer toutes sortes de problèmes et s’accompagnent souvent de troubles dépressifs.

dépressionL’OMS (l’organisation mondiale de la santé) a dévoilé une nouvelle étude démontrant des avantages substantiels pour l’économie mondiale ainsi que pour la santé si les gouvernements investissent plus d’argent dans le traitement de l’anxiété et de la dépression – en général la santé mentale de la population. L’étude en question, publiée dans « The Lancet Psychiatry » révèle que pour un dollar USD investi dans la recherche et le développement du traitement de l’anxiété et de la dépression, celui-ci gagne une plus value de quatre dollars sous forme d’amélioration dans le domaine du travail. Si on estime que la dépression coûtent à l’économie mondiale 1000 milliards par année, les retours sur des investissement dans le domaine de la recherche se présentent très prometteurs et positifs. Si on parle seulement des personnes en âge de travailler qui sont atteints de problèmes de santé mentale et qui ont des effets sur les employeurs, les employés et les contribuables, l’étude rapporte que ces investissements auraient l’effet d’une progression de 5% de la participation et de la productivité de la main-d’œuvre et rapporteraient environ 400 milliards de dollars aux coffres à eux seuls. Ce chiffre est particulièrement significatif car 90% des personnes ayant d’importants problèmes au niveau de la santé mentale sont habituellement exclues de la population active.

Le fait d’investir de manière responsable dans la recherche et des programmes efficaces permettrait incontestablement des retombés économiques favorables à court et moyen terme. On ne peut éliminer tous les coûts associés aux troubles de santé mentale mais la bonification et l’investissement dans les programmes qui améliorent la situation comportent des avantages certains. La recherche et de nouveaux traitements éviteront les frais de toutes sortes voir : hospitalisation, judiciarisation, indemnités, assurances et diminution de productivité pour réaliser des économies substantielles.